Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Saint du jour

Le sens chrétien de l'histoire

Le surnaturel dans l'histoire

De même que, pour le chrétien, la philosophie séparée n’existe pas, de même pour lui, il n’y a pas d’histoire purement humaine. L’homme a été divinement appelé à l’état surnaturel ; cet état est la fin de l’homme ; les annales de l’humanité doivent en offrir la trace.
Dom Guéranger

Dictionnaire d'anecdotes chrétiennes

Les cultes

Culte de dulie

Nous honorons les saints, parce qu’ils sont les amis de Dieu, les princes du ciel et nos bienfaiteurs ; de plus, parce que cet honneur nous procure des grâces nombreuses de Dieu.

Culte des images

Le culte des images est salutaire ; il nous procure des grâces, souvent extraordinaires ; elles nous aident à écarter les distractions et à nous exciter au bien.

Culte des reliques

Les Saintes Reliques sont vénérables, parce que les corps des saints ont été les temples et les instruments du Saint-Esprit, et qu’ils ressusciteront un jour dans la gloire.

Les Évangelistes @ Cécilia Lawrence

Des merveilles de Dieu dans les saints

Pendant cette vie, nous ne connaissons pas Dieu dans son essence, mais seulement dans le miroir de ses créatures ; ainsi nous ne pouvons pas l’ad­mirer dans son être et ses perfections essentielles, mais seulement dans les œuvres qui sont sorties de ses mains. Si cela est, nous pouvons conclure avec raison que les Saints sont les premiers sujets dans lesquels nous devons admirer Dieu : ce sont ses plus excellents ouvrages, et ce qu’il y a de plus parfait hors de lui ; ce sont eux qui nous donnent la plus haute idée de sa puissance, de sa sagesse, de sa bonté et du reste de ses attributs.

Il est vrai qu’il est encore admirable dans toutes ses autres créatures, parce qu’il n’y en a aucune qui n’élève l’esprit à la connaissance de ses grandeurs. Il est admirable dans la production des fleurs, des fruits, des plantes et des animaux, où nous voyons sa beauté et sa gloire peintes avec de si vives couleurs. Il est admirable dans la création des étoiles, des planètes et des corps célestes, qui, par leur splendeur et leur incorrupti­bilité, sont autant de figures de sa lumière éternelle. Il est surtout admi­rable dans la formation de ce grand univers, où, d’un côté, la multitude presque infinie des êtres différents qui le composent, et de l’autre le bel ordre et l’harmonie merveilleuse qui se trouvent entre eux obligent les plus forts esprits à s’élever au-dessus de tout ce qui est créé, pour recon­naître un Dieu indépendant, un Dieu immortel, un Dieu tout-puissant, un Dieu plein de bonté, qui a su et a bien voulu opérer tant de miracles pour élever nos cœurs et les conduire, par les choses visibles, à la connaissance et à l’amour de ses perfections invincibles. 

Mais ce grand Dieu ne se fait en nulle chose si hautement admirer que dans l’âme des justes et dans les vertus qu’ils ont pratiquées ; car toutes les créatures privées d’intelligence et de raison ne sont que les signes et les vestiges de Dieu ; ce qu’on pourrait dire aussi en quelque façon des pécheurs qui se sont rendus semblables aux bêtes ; mais les Justes et les Saints, au contraire, sont les images et les copies vivantes de sa divinité, et ils ont l’honneur d’être ses amis, ses enfants par adoption, ses favoris, ses héritiers et les chers objets de ses complaisances. Saint Basile dit même que chaque Saint est un Dieu, non pas à la vérité par la perfection de sa nature, qui est la même que celle des autres hommes, mais par le bénéfice de la grâce dont son âme est comme édifiée. Ainsi nous avons beaucoup de sujets de dire que ni la terre avec sa fécondité et l’abondance de ses fleurs et de ses fruits, ni la mer avec ses richesses et le nombre infini de ses monstres et de ses poissons, ni l’air avec ses beautés et la multitude de ses oiseaux et de ses météores, ni le feu avec ses éclairs et le terrible éclat de ses tonnerres, ni le ciel même par la splendeur de ses astres et la régularité de ses mouvements, ne nous publient si avantageusement la grandeur et la gloire de notre Dieu que l’âme d’un Saint que sa bonté a choisi pour le lieu de sa demeure, pour le vaisseau de ses grâces, pour le centre de son repos et pour l’objet de ses plus tendres amours.

Nous conclurons donc avec le Roi-Prophète que sa propre expérience a fait parler, que « Dieu est véritablement admirable en ses Saints, qu’il est le Dieu d’Israël qui a donné cette grâce et cette force à son peuple, et que son saint nom en doit être infiniment béni ».

 

Afficher plus

Les saints catholiques

Apôtre des gentils et martyr
30 juin
Saint Paul by Theophilia
À Rome, la naissance au ciel de l’apôtre saint Paul, décapité et enterré sur la voie d’Ostie, est honoré d’un culte universel. ✞ Ier s.

Quels sont les apôtres ?

Du grec apostolos, qui désigne couramment un envoyé. On désigne sous ce nom les douze disciples que Jésus-Christ a choisis et envoyés lui-même pour prêcher son Évangile et le répandre chez toutes les nations.

On donne communément le nom d’apôtre celui qui le premier a porté la foi dans un pays : c’est ainsi que saint Denis, premier évêque de Paris, est l’apôtre de la France ; saint Boniface, l’apôtre de l’Allemagne ; le moine saint Augustin, l’apôtre de l’Angleterre ; saint François-Xavier, l’apôtre des Indes.

Afficher plus
Patrone de la Corse
22 mai
Sainte Julie de Corse
Dans l’île de Corse, sainte Julie, vierge, qui gagna la couronne de l’immortalité par le supplice de la croix. ✞ Ve s.
À Nantes, en Bretagne, les saints martyrs Donatien et Rogatien, frères, qui sous l’empereur Dioclétien, après avoir été mis en prison, puis étendus sur le chevalet et déchirés, ensuite percés de coups de lance, eurent enfin la tête tranchée. ✞ Vers 288.

Qu'est-ce qu'un martyr ?

Ce nom signifie témoins ; il désigne un homme qui a souffert des supplices, et même la mort, pour rendre témoignage de la vérité de la religion qu’il professe. On le donne par excellence à ceux qui ont sacrifié leur vie pour attester la vérité des faits sur lesquels le christianisme est fondé.

Afficher plus
Reine de France
3 juin
Sainte Clotilde
À Paris, sainte Clotilde, qui obtint par ses prières la conversion du roi Clovis, son époux, à la foi chrétienne. ✞ 545.
D'Aquitaine, docteur de l'Église
25 juin
Saint Prosper d'Aquitaine
À Riez, en Provence, saint Prosper d’Aquitaine, docteur de l’Église, célèbre par sa science et sa piété, qui combattit courageusement contre les Pélagiens pour la foi catholique. ✞ Ve s.
Pape, de l'Ordre des Frères Prêcheurs.
5 mai
Bataille de Lépante - le pape
À Rome, saint Pie V, pape, de l’Ordre des Frères Prêcheurs, qui s’appliqua avec autant de succès que de courage à relever la discipline ecclésiastique, à déraciner les hérésies, à réduire les ennemis du nom chrétien. ✞ 1572.

Que signifie le mot pape ?

Le nom de pape signifie père ; on l’a donné autrefois non seulement aux évêques, mais aux simples prêtres : depuis longtemps, il est réservé eu Occident aux évêques de Rome, successeurs de saint Pierre : il désigne le souverain pontife de l’Église chrétienne : et le titre de Vicaire de Jésus-Christ sur la terre, qui lui est attribué, est fondé sur l’Écriture sainte.

Afficher plus
Évêque de Lyon, Docteur de l'Église et martyr
28 juin
Saint Irénée de Lyon
A Lyon, saint Irénée, évêque et martyr, qui, au témoignage de saint Jérôme, fut disciple de saint Polycarpe, évêque de Smyrne, et presque contemporain des Apôtres. Ce saint, après avoir fortement combattu contre les hérétiques, et par ses discours et par ses écrits, obtint la couronne d’un glorieux martyre, avec presque tout son peuple, durant la persécution de Sévère. Vers 202.
Père de l'histoire anglaise
27 mai
Bède le Vénérable
Décès du Vénérable Bède, prêtre, très célèbre par sa sainteté et son érudition. ✞ 735.

Que signifie le mot abbé ?

Un corps, une communauté quelconque, ne peut subsister sans subordination ; il faut un supérieur qui commande et des inférieurs qui obéissent : parmi des membres tous égaux et qui font profession de tendre à la perfection, l’autorité doit être douce et charitable ; on ne pouvait donner aux supérieurs monastiques un nom plus convenable que celui de père ; c’est ce que signifie abba : par la même raison, l’on a nommé abbesses les supérieures des religieuses et abbayes les monastères.

Afficher plus

L'action de la sainteté dans l'histoire

Dieu, dans ses conseils de justice ou de miséricorde, donne ou soustrait les Saints aux diverses époques, en sorte que, si l’on peut ainsi parler, le thermomètre de la sainteté est à consulter si l’on veut se rendre compte de la condition plus ou moins normale d’une période de temps ou d’une société.
Dom Guéranger

Les devoirs de l'historien chrétien

Un historien chrétien dont les jugements sont acceptés par les philosophes est infidèle, ou les philosophes en question ne sont plus philosophes. Il faut donc se résoudre à choquer, ou, si l’on n’en a pas le courage, s’abstenir d’écrire l’histoire.
Dom Guéranger

Le Christ, héros de l'histoire

Sous le règne de César Auguste, le Fils unique de Dieu a daigné prendre chair au sein d’une Vierge et s’offrir en sacrifice pour racheter les péchés du monde et briser le joug de Satan qui tenait l’homme asservi. En parlant ainsi, vous parlerez comme saint Augustin et comme Bossuet.
Dom Guéranger

Philosophie politique

Principes de légitimité Aux sources de la politique.

En cette époque sombre où la modernité dévoile désormais sans masque ses ambitions totalitaires, en ces temps de détresse où s’étend le spectre des guerres civiles, les principes de légitimité — fondés sur la loi naturelle — se dressent comme une bannière d’espoir et de paix. « Légitimistes de tous les pays, unissez-vous ! », voilà qui pourrait résumer l’ambition du site de la Charte de la légitimité Vexilla Regis Prodeunt.

Lire l'article

Le combat légitimiste. Gouvernement par autorité contre gouvernement par opinion.

Bien peu de personnes ont conscience de l’extrême fragilité des fondements théoriques des sociétés révolutionnaires, et si ces constructions artificielles semblent pourtant triompher sur toute la planète, c’est que jusqu’ici, elles ont réussi à fuir ou à étouffer le débat théorique où elles se savent vulnérables.

Lire l'article

Roi et Nation, par le Professeur Jean-Pierre Brancourt Du naturel « amour du roi » au moderne « nationalisme »

Qu’est-ce que la nation ? Et le patriotisme ou le nationalisme ? Force est de constater que ces mots appartiennent au vocabulaire de la modernité. Les premiers à prétendre « représenter la Nation » sont les parlements, ces cours de justice censées conseiller le roi et rendre la justice en son nom. Louis XV leur répond en défendant l’État de justice, l’hétéronomie et la rationalité dans son célèbre Discours de la flagellation.

Lire l'article

Philosophie politique

Principes de légitimité Aux sources de la politique.

En cette époque sombre où la modernité dévoile désormais sans masque ses ambitions totalitaires, en ces temps de détresse où s’étend le spectre des guerres civiles, les principes de légitimité — fondés sur la loi naturelle — se dressent comme une bannière d’espoir et de paix. « Légitimistes de tous les pays, unissez-vous ! », voilà qui pourrait résumer l’ambition du site de la Charte de la légitimité Vexilla Regis Prodeunt.

Lire l'article

Le combat légitimiste. Gouvernement par autorité contre gouvernement par opinion.

Bien peu de personnes ont conscience de l’extrême fragilité des fondements théoriques des sociétés révolutionnaires, et si ces constructions artificielles semblent pourtant triompher sur toute la planète, c’est que jusqu’ici, elles ont réussi à fuir ou à étouffer le débat théorique où elles se savent vulnérables.

Lire l'article

Roi et Nation, par le Professeur Jean-Pierre Brancourt Du naturel « amour du roi » au moderne « nationalisme »

Qu’est-ce que la nation ? Et le patriotisme ou le nationalisme ? Force est de constater que ces mots appartiennent au vocabulaire de la modernité. Les premiers à prétendre « représenter la Nation » sont les parlements, ces cours de justice censées conseiller le roi et rendre la justice en son nom. Louis XV leur répond en défendant l’État de justice, l’hétéronomie et la rationalité dans son célèbre Discours de la flagellation.

Lire l'article