Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Saint Boniface naquit en Angleterre vers l’an 680. Il passa ses premières années dans la solitude du cloître, se préparant à l’exécution des grands desseins que Dieu avait sur lui par une vie fervente et de solides vertus. Ordonné prêtre à l’âge de trente ans, il ne tarda pas à former le projet de porter l’Évangile dans la Germanie, encore idolâtre. Grégoire II lui conféra plein pouvoir de prêcher l’Évangile, et quelques années après il le sacra évêque. Grégoire III lui envoya ensuite le pallium, l’établit primat de toute la Germanie, et le nomma légat du Saint-Siège. En 752, Boniface, déjà nommé à l’évêché de Mayence par Pépin le Bref, sacra ce prince à Soissons, et présida au synode qui fut tenu dans cette ville. Ses travaux apostoliques furent partout suivis des plus grands succès, et remplit tout ce pays des monuments de son zèle. Sa coutume était de faire servir au culte de Jésus-Christ, les objets de la superstition ; et, une fois entre autres, ayant fait abattre un grand chêne, consacré à Jupiter, il employa le tronc de cet arbre à construire une chapelle en l’honneur du prince des Apôtres. Il fut massacré en haine de la foi, avec cinquante-deux autres fidèles, l’an 755, au moment où il se préparait à administrer le sacrement de confirmation.

Un vrai serviteur de Dieu ne respire que pour lui, et ne s’occupe que des moyens de procurer sa gloire. Il travaille et prie sans cesse pour le faire régner dans son âme. Il voudrait que tous les cœurs brûlassent d’amour pour lui, que toutes les langues chantassent continuellement ses louanges, que toutes les créatures, de concert avec les esprits bienheureux, n’eussent d’autre objet que d’accomplir sa volonté de la manière la plus parfaite. Point de dangers qui l’effrayent, point de difficultés qui l’arrêtent, quand il s’agit de s’employer à la conversion d’une seule âme. Le sacrifice de ses biens et de sa vie ne lui coûte rien ; il le ferait même mille fois, si cela était possible, pour empêcher que la Majesté divine ne fût outragée par un pécheur

Comment représente-t-on saint Boniface ?

Saint Boniface tenait en mourant le livre des Évangiles entre les mains, ces infidèles le percèrent d’un coup d’épée ; mais ils n’en coupèrent pas une seule lettre : ce qui ne se put faire sans miracle.

On peint saint Boniface tenant un livre qui est traversé par une épée. Comme cette épée n’endommagea pas le texte sacré, les tailleurs qui ont besoin d’avoir le coup de ciseaux sûr et adroit, ont choisi saint Boniface pour leur patron.

Quelles sont les reliques de saint Boniface ?

Le corps de saint Boniface fut d’abord porté à Maastricht, ensuite à Mayence, et, de là, il fut solennellement transféré au monastère de Fulde, comme il l’avait ordonné. Il a fait, depuis, beaucoup de miracles, que l’on peut voir dans ses actes.

Quels sont les écrits de saint Boniface ?

Nous avons de saint Boniface : 1°) des Lettres ; 2°) des Sermons ; 3°) une Grammaire latine ; 4°) un grand Poème.

On lui attribue aussi une Copie des Évangiles : Ce volume est écrit sur parchemin, in-12, en caractères courants de Saxe. Des lettres en or qui se trouvent sur la dernière page et qui sont d’une date plus récente, disent formellement que ce livre est de la main même de saint Boniface. Il est conservé dans la bibliothèque publique de Fulde.

Serrarius publia, en 1605, un recueil de lettres de saint Boniface ; mais de cent cinquante-deux lettres que contient ce recueil, il n’y en a que trente-neuf qui soient du Saint ; les autres lui ont été adressées par des Papes et des évêques, des princes, etc. On voit, par les épitres de saint Boniface, qu’il ne se proposait en tout que la gloire de Dieu.

D. Martène et D. Durant ont publié un grand nombre de lettres du Saint qui sont fort curieuses, et qui n’avaient jamais été imprimées. Ils ont donné aussi dix-neuf homélies du même auteur. Voici ce qui est dit dans la quatrième, de la nécessité de la confession : « Si nous cachons nos péchés, Dieu les découvrira publiquement malgré nous. Il vaut mieux les confesser à un homme, que de s’exposer à être couvert de confusion à la vue de tous les habitants du ciel, de la terre et de l’enfer ». On trouve, dans le Spicilége de d’Achéry, un recueil de canons que saint Boniface avait faits pour la conduite de son clergé. Il y a un sermon du même Saint sur la renonciation qui se fait au baptême, dans le Thesaurus anecdotorum novissimus, que D. Bernard Pez publia à Augsbourg, en 1729.

Le style de saint Boniface est clair, grave et simple ; ses pensées sont justes et solides. On remarque dans tous ses écrits beaucoup d’onction et un esprit vraiment apostolique. Toutes ses lettres sont en latin, quoique, selon les plus habiles antiquaires, la langue anglo-saxonne fût semblable à celle de la plupart des peuples d’Allemagne, que les missionnaires de ce pays n’avaient pas besoin d’interprètes pour se faire entendre.

Saint Boniface

Fête saint : 05 Juin

Temps de lecture : 3 min.

Saint Boniface de Mayence

Présentation

Titre : Apôtre de l’Allemagne et martyr.
Date : 680-754
Pape : Agathon ; Etienne II

Sommaire

Pensée

Pour gagner des âmes à Dieu, il faut commencer par le bien servir soi-même. Comment persuaderez-vous qu’il faut l’aimer, si vous paraissez négligent à son service ?

Pratique

Donnez le bon exemple ; c’est la manière la plus éloquente de préciser la vertu !

Priez

Pour la conversion des pécheurs scandaleux.