Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Saint Basile, issu d’une famille où l’on comptait une longue suite de héros et de saints, naquit à Césarée en Cappadoce, vers la fin de l’année 329. Sa naissance fut le fruit des prières de ses pieux parents ; à peine fut-il au monde, qu’il coûta de vives alarmes à la tendresse de sa famille. Le rétablissement d’une santé sans ressource de la part des remèdes humains, fut encore regardé comme la conséquence des prières ferventes qui furent faites pour lui. Il fit de brillantes études, et se perfectionna dans l’art oratoire. Il suivit quelque temps la carrière du barreau ; mais bientôt, redoutant le danger de la vaine gloire, il renonça au monde, distribua une partie de ses biens aux pauvres, et se mit à visiter les monastères d’Orient. À son retour, il en fonda lui-même plusieurs, et leur donna des règles qui devinrent très célèbres. Élevé, malgré lui, au sacerdoce, et bientôt placé sur le siège de Césarée, sa patrie, il parut autant se surpasser lui-même qu’il avait jusque-là surpassé tous les autres. Les sectateurs de l’arianisme et l’empereur Valens, ardent propagateur de cette hérésie, firent d’inutiles efforts pour l’enlever aux catholiques. Basile déconcerta ses juges par sa grandeur d’âme, et ils surent ce que c’était que d’avoir affaire à un homme qui n’a rien à craindre ni à espérer au monde. Aussi le saint pasteur put-il continuer à instruire et à édifier son peuple, et eut même la consolation de voir la paix rendue à l’Église, n’étant mort que l’an 319. 

Il est pour des supérieurs certains devoirs de condescendance et de résignation ; mais il en est aussi de fermeté et de dignité. « Dans les circonstances ordinaires, disait saint Basile au préfet Modeste, nous sommes, nous autres évêques, les plus doux et les plus soumis de tous les hommes. Nous n’avons aucune fierté avec le moindre particulier, à plus forte raison avec ceux qui sont revêtus de puissance ; mais, quand il s’agit de la religion, nous n’envisageons que Dieu, et nous méprisons tout le reste ».

Quels sont les attributs de saint Basile ?

On le représente : 1°) portant une église sur la main, pour marquer qu’il est le fondateur des Basiliques ; 2°) présentant à un pauvre un plateau chargé de nourriture, sans doute parce qu’il avait fondé un hôpital où il servait les malades et nourrissait les malheureux ; 3°) recevant les offrandes des fidèles ; 4°) devant le préfet Modeste, qu’il confond par ses réponses.

Panégyriques de saint Basile le Grand

Ses diocésains, non contents de lui élever dans leur cœur un monument durable, l’honorèrent aussi par de magnifiques funérailles. Son corps fut porté par les mains des Saints et accompagné par une multitude innombrable de peuples. Chacun s’empressait de toucher le drap mortuaire qui le couvrait, ainsi que le lit sur lequel on le portait, dans la persuasion qu’il en retirerait quelque utilité. Les gémissements et les soupirs étouffaient le chant des psaumes. Les païens et les juifs pleuraient avec les chrétiens : tous déploraient la mort de Basile, qu’ils regardaient comme leur père commun et comme le plus célèbre docteur du monde. Ceux qui l’avaient connu prenaient plaisir à raconter ses plus petites actions et à t’appeler ce qu’ils lui avaient entendu dire. Plusieurs affectaient d’imiter son extérieur, sa démarche et même sa lenteur à parler. On le copiait jusque dans la forme de son lit et de ses habits.

C’est de saint Grégoire de Nazianze que l’on apprend toutes ces particularités. Dans le panégyrique qu’il prononça en l’honneur de son ami, il peignit ses vertus avec les couleurs les plus vives et les plus toudiantes ; et l’on peut assurer que son discours ne sera pas moins immortel sur la terre que la mémoire de celui qu’il s’était chargé de célébrer. Saint Grégoire de Nysse, saint Amphiloque et saint Ephrem firent aussi des panégyriques en l’honneur du saint archevêque de Césarée. Selon les deux premiers, les Grecs, immédiatement après sa mort, célébrèrent sa fête le 1er juin, jour auquel ils la font encore aujourd’hui. Les Latins l’ont remise au quatorzième du même mois, qui fut le jour de son ordination épiscopale.

Théodoret donne à saint Basile le titre de Grand, et ce titre lui a été confirmé par le suffrage des siècles suivants. Il est appelé, par le même Père, le flambeau de l’univers ; par saint Sophrone, l’honneur et l’ornement de l’Église ; par saint Isidore de Péluse, un homme inspiré de Dieu ; par le Concile général de Chalcédoine, le Grand Basile, le ministre de la grâce, qui a expliqué la vérité à toute la terre.

Saint Grégoire de Nazianze dit, en parlant des écrits de saint Basile :

« Quand je lis son traité de la création, il me semble voir mon Créateur tirer toutes les choses du néant. Quand je lis ses ouvrages contre les hérétiques, je crois voir le feu de Sodome tomber sur les ennemis de la foi et réduire en cendres leurs langues criminelles. Si je parcours son livre du Saint-Esprit, je sens en moi l’opération de Dieu, et je ne crains plus d’annoncer hautement la vérité. En lisant son explication de l’Ecriture sainte, je pénètre dam l’abime le plus profond des mystères. Ses panégyriques des martyrs me font mépriser mon corps et m’inspirent une noble ardeur pour le combat. Ses discours moraux m’aident à purifier mon corps et mon âme, afin que je puisse devenir un temple digne de Dieu et un instrument propre à le louer, à le bénir et à manifester sa gloire avec sa puissance ».

Saint Basile le Grand

Fête saint : 14 Juin

Temps de lecture : 3 min.

Saint Basile le Grand

Présentation

Titre : Archevêque de Césarée,
Date : 329-379
Pape : Saint Sylvestre Ier ; saint Damase
Empereur : Constantin Ier ; Gratien

Sommaire

Pensée

Si saint Basile eût employé ses rares talents à s’avancer dans le monde, à s’attirer des applaudissements, à amasser des richesses, à se procurer les premières places de l’empire, de quoi cela lui eût-il servi ?

Pratique

Consacrez votre personne et vos talents à la gloire de Dieu.

Priez

Pour les savants chrétiens.