La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Saint Pantène, digne des temps apostoliques, vivait dans le second siècle de l’Église. Il était Sicilien de naissance, et faisait profession de la philosophie stoïcienne. L’amour qu’il avait pour la vertu lui inspira de l’estime pour les chrétiens, et il se lia étroitement avec quelques-uns d’entre eux. Frappé de l’innocence et de la sainteté de leur vie, il se désabusa des superstitions du paganisme, et ouvrit les yeux à la lumière de l’Évangile. Après sa conversion, il étudia les Livres saints sous les disciples des Apôtres, et, pour en acquérir une plus parfaite connaissance, il alla se fixer à Alexandrie, où il y avait alors une école célèbre fondée par les disciples de saint Marc. Pantène fit des progrès si rapides dans la science de la religion, qu’on le jugea bientôt capable de conduire lui-même cette fameuse école. Il la quitta dans la suite pour aller travailler à la conversion des Indiens, chez lesquels il trouva encore quelques sentences de foi ; il rapporta même avec lui un exemplaire de l’Évangile de saint Matthieu, en hébreu, qui avait été laissé dans le pays par saint Barthélemy. Ce grand homme mourut avant l’année 216.

Il n’y a que le christianisme dont la morale soit véritablement pure, et qui ait le privilège de former de vrais sages. Dans quelles contradictions et dans quelles erreurs les philosophes païens ne sont-Ils pas tombés ? S’ils ont eu l’air de pratiquer quelques vertus, les motifs qui les animaient en détruisaient le mérite. Dans la religion, les vertus sont sans fard, sans ostentation, sans duplicité : aussi ne se démentent-elles jamais ; tandis que les autres, quand les raisons qui les inspirent ne subsistent plus, disparaissent comme de vains fantômes.

Que reste-t-il de saint Pantène ?

Eusèbe ne donne aucun détail de ce que saint Pantène fit dans les Indes et dans les autres pays où il porta la lumière de l’Évangile. Il dit seulement que ce Saint trouva dans les Indes, entre les mains de quelques personnes qui connaissaient Jésus-Christ, un Évangile hébreu de Saint Mathieu, que l’apôtre saint Barthélemy avait laissé dans cette province, lorsqu’il y était venu prêcher. Il l’apporta depuis avec lui, lorsqu’il retourna à Alexandrie ; car il ne demeura pas dans les Indes jusqu’à la fin de sa vie. Il revint encore en Égypte, où il continua à enseigner, mais seulement en particulier, ceux que sa réputation lui attirait. Saint Jérôme dit qu’il avait laissé divers commentaires sur les Écritures. Une nous en reste qu’un petit fragment, rapporté par Clément d’Alexandrie, et qui paraît tiré d’un commentaire sur le psaume XVIIIe. Il y donne cette règle, pour l’intelligence des Écritures, savoir que, dans le style des Prophètes, on doit peu prendre garde aux temps des verbes, le présent, le passé et le futur se prenant souvent l’un pour l’autre. Routh a recueilli un autre fragment de saint Pantène, tiré des scolies de Maxime sur saint Grégoire le Théologien, éditées par Thomas Gal avec l’ouvrage de Jean Scot sur la Division de la Nature. La traduction latine est de Scot. Dans ce fragment, Pantène, l’ami et le maître de Clément, est interrogé par des hommes superbes sur la manière dont Dieu, d’après les chrétiens, connaît les choses qui sont. Il répond que Dieu connaît comme ses volontés ce qui est, parce que volontairement, il a fait ce qui est. Saint Anastase Sinaïte le met au nombre de ceux qui ont écrit sur la création et qui en ont appliqué l’histoire à Jésus-Christ. Mais Eusèbe et saint Jérôme ne disent rien de cet ouvrage. Saint Pantène mourut à Alexandrie, sous le règne d’Antonin Caracalla, et termina, selon l’expression de Ruffin, une vie pleine de gloire par une fin excellente et admirable.

Oraison

Dieu tout-puissant et éternel, qui ne cessez d’instruire les enfants de votre Église, et de leur accorder le secours de votre grâce : donnez à vos fidèles, par l’intercession du bienheureux Pantène, que vous leur avez accordé pour ministre du salut éternel, la connaissance des devoirs qu’ils ont à remplir et la force de les pratiquer. Par J.-C. N.-S. Ainsi soit-il.

Saint Pantène

Docteur de l'Église et apôtre des Indes

Saint Pantène - Docteur & Apôtre des Indes - La Vie des Saints

Présentation

Fête saint : 7 Juillet

Temps de lecture : 3 min.

Date : 214

Pape : Saint Zéphirin

Empereur : Caracalla

Sommaire

Pensée

La sainte Ecriture a, de tout temps, fait l’admiration des plus beaux génies et des hommes de Dieu, qui en taisaient leurs délices. Si elle n’est pour nous qu’une manne insipide, c’est que nous ne la lisons pas avec des dispositions convenables.

Pratique

Chaque jour lisez quelque peu l’Evangile ou autres livres sacrés.

Priez

Pour ceux qui sont voués à l’enseignement.