Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Saint Barnabé est qualifié apôtre par les premiers Pères de l’Église et par saint Luc lui-même, quoiqu’il ne fut pas du nombre des douze que Jésus-Christ avait choisis. On lui a donné ce titre parce que le Saint-Esprit l’avait appelé d’une manière singulière, et parce qu’il avait eu beaucoup de part dans tout ce que firent les Apôtres pour l’établissement du christianisme. Il était de la tribu de Lévi, et il était né dans l’île de Chypre. Il s’est appelé d’abord Josué ou Joseph ; les Apôtres changèrent son nom en celui de Barnabé, qui signifie Fils de consolation, à cause du talent admirable qu’il avait de consoler les affligés. Sa première mission fut d’aller confirmer les néophytes d’Antioche, et donner une forme à cette Église. Barnabé y vit tant de bien à faire, qu’il crut devoir appeler saint Paul à son secours. Il accompagna l’Apôtre des nations dans un grand nombre de ses courses apostoliques. Ils se séparèrent ensuite pour donner plus d’extension à leur ministère. Saint Barnabé se rendit d’abord en Chypre, où, après plusieurs voyages, il vint recevoir la couronne du martyre. Il fut lapidé à Salamine, après avoir été insulté par la populace et avoir souffert plusieurs tortures, dans une extrême vieillesse.

Le dépouillement absolu des biens qu’on possède n’étant que de conseil, il est permis à ceux qui ont des richesses d’en conserver la propriété. Qu’ils se souviennent toutefois qu’ils doivent les employer à de bonnes œuvres, et surtout à soulager les indigents ; que ce serait pour eux un crime de les dissiper par le luxe, et d’en faire l’aliment de leurs passions ; qu’ils sont obligés d’être pauvres, du moins dans la disposition du cœur Si leurs richesses leur sont ravies, qu’ils ne s’en troublent pas ; la perte des biens de la terre ne pourra leur rien ôter de ce qui leur appartient véritablement en propre.

Quels sont les attributs de saint Barnabé ?

On représente souvent saint Barnabé avec des pierres dans un pli de sa robe, parce qu’il passe pour avoir été lapidé. On lui donne aussi pour attribut la hache ou la lance, comme instrument de son martyre. Le Père Cahier, dans ses Caractéristiques, dit qu’on le représente quelquefois, mais à tort, vêtu de la dalmatique.

Quelles sont les reliques de saint Barnabé ?

Ce saint corps ne fut inhumé qu’à cinq stades de la ville, et le lieu où il était, porta le nom de lieu de Santé, à cause des grands miracles et des fréquentes guérisons obtenues par l’invocation du saint Apôtre ; il y demeura néanmoins longtemps inconnu, à cause des violentes persécutions qui s’élevèrent dans les siècles suivants, et ne fut découvert que sous l’empire de Zénon, vers l’an 488. L’histoire de cette invention est décrite fort au Ion dans Surins ; Pierre Gnafée, dit le Foulon, très pernicieux hérétique, s’étant injustement emparé du siège patriarche d’Antioche, somma l’archevêque de Salamine, comme l’un de ses suffragants, de le voir reconnaitre. Ce prélat, nommé Anthème, qui était un homme de sainte vie et fort orthodoxe, avait bien de la peina à s’y résoudre, d’autant plus qu’il ne se sentait pas assez savant, ni assez subtil pour entrer en discussion avec l’hérétique. Dans cette grande perplexité, il eut recours à la prière ; et Dieu, qui exauce les larmes et les gémissements de ses serviteurs, lui envoya saint Barnabé ; le saint Apôtre lui dit de ne rien craindre ; qu’il serait lui-même son soutien et son protecteur ; et, pour marque de l’intérêt qu’il voulait prendre à sa défense, il ajouta qu’il n’avait qu’à se transporter à cinq stades de la ville, du côté de l’Occident, en un lieu appelé le lieu de Santé, et que, en faisant fouiller sous un chêne, il y trouverait son corps entier, et sur sa poitrine l’évangile de saint Mathieu, qu’il avait écrit de sa propre main. En effet, le saint prélat s’étant transporté en ce lieu, y trouva ces deux trésors inestimables ; ce qui fit que, dans le synode où il était mandé, son siège de Salamine, qui était métropolitain de toute l’ile de Chypre, fut jugé libre et indépendant de celui d’Antioche, et qu’il n’eut aucune obligation de rendre des déférences à Pierre le Foulon.

L’empereur Zénon, étant informé d’une si heureuse découverte, voulut absolument avoir à Constantinople ce livre d’évangile que l’on avait trouvé ; et, en reconnaissance, il fit bâtir une église magnifique en l’honneur de saint Barnabé, au lieu même où son corps avait reposé si longtemps. On y transporta ensuite cette dépouille sacrée, du temps de Charlemagne. On transféra des reliques de saint Barnabé à Toulouse, dans l’église de Saint-Saturnin, où son chef se montre encore pour la consolation et le soulagement des fidèles.

Procès-verbal du chef de saint Barnabé

« Aujourd’hui, 21 juin 1807, à quatre heures et demie de relevée, nous, Clément de Barbazan, vicaire général, avons vérifié un caisson scellé, ayant pour inscription : Relique de saint Barnabé, apôtre des Gentils, dans lequel nous avons trouvé la tête presque entière du saint Apôtre, enveloppée de deux taffetas rouge cramoisi fané ; plus, un paquet d’étoffe de soie de même couleur, portant pour étiquette : Relique de saint Barnabé, et contenant quelques petites portions du crâne et plusieurs dents très bien conservées du même Saint ; plus deux authentiques, sur lesquels nous avons apposé notre ne varietur ». (Crépel, Vicaire de Saint-Sernin)

Il y a aussi des reliques du saint Apôtre à Milan, et au Mont-Saint-Quentin.

Il y a une épître qui porte le nom de saint Barnabé ; mais elle n’a jamais été reçue pour écriture canonique : ce qui fait aisément juger qu’elle n’est point de notre Apôtre, et qu’on l’a supposée sous son nom. Saint Jérôme, néanmoins, dit qu’elle était fort estimée de son temps. On peut voir là-dessus Baronius, au premier tome de ses Annales

Saint Barnabé

Apôtre et martyr

Saint Barnabé

Présentation

Fête saint : 11 Juin

Temps de lecture : 3 min.

Date : 61

Pape : Saint Pierre

Empereur : Néron

Sommaire

Pensée

Les richesses sont un don de Dieu. Il faut les recevoir avec reconnaissance et les employer à de saints usages. Mais il est si difficile de les posséder sans attache et de n’en pas abuser, que plusieurs chrétiens préfèrent s’en dépouiller pour servir plus parfaitement Jésus-Christ dans une parfaite abnégation du coeur.

Pratique

Appliquez-vous à acquérir l’esprit de pauvreté.

Priez

Pour les riches.

Oraison

O Dieu, qui avez daigné choisir le bienheureux Barnabé, plein de foi et du Saint-Esprit, pour l’employer à l’œuvre de la conversion des gentils ; faites que, nous rappelant sans cesse l’exemple de ses travaux, et de sa charité, nous pratiquions fidèlement l’Évangile qu’il a prêché. Par -J.-C. N.-S. Ainsi soit-il.