La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Hérode Agrippa, roi des Juifs, ayant condamné à mort saint Jacques le Majeur, en 43, fit emprisonner saint Pierre, dans le dessein de se rendre encore plus agréable au peuple.

Il se proposait de le faire exécuter publiquement après la fête de Pâques ; mais les fidèles, instruits de l’arrestation du chef de l’Église, se mirent aussitôt en prière, et Dieu les exauça.

La nuit même qui précédait le jour marqué pour l’exécution, tandis que le saint apôtre, se reposant sur la Providence de tout ce qui pourrait arriver, dormait d’un sommeil tranquille au milieu de ses gardes, tout à coup la prison fut éclairée par une vive lumière.

Un ange parait, l’éveille, et lui ordonne de le suivre. Au même instant, les chaînes dont il était lié tombent de ses mains ; il obéit, traverse, à la suite de l’ange, le premier et le second corps de garde, arrive à la porte de fer, par où on allait à la ville. Cette porte s’ouvre d’elle-même ; Pierre s’avance jusqu’au bout de la rue, et là l’ange le quitta.

Pierre avait cru que tout ce qui se passait n’était qu’un songe ; mais, persuadé alors de la réalité de sa délivrance, il en bénit le Seigneur. Les chaînes qui servirent à lier saint Pierre se conservent encore aujourd’hui en partie à Rome : l’Église a toujours eu une grande vénération pour ce monument vénérable de la confession généreuse du prince des Apôtres.

Nous devons à Dieu les prémices de nos vies et de nos actions, parce qu’il est notre principe et notre dernière fin.  Il est singulièrement jaloux de ce tribut, comme il nous l’a marqué par le précepte rigoureux qu’il donna, dans l’ancienne loi, de lui offrir en sacrifice les premiers fruits. Un chrétien s’acquittera de ce devoir, s’il commence chacune de ses journées et de ses entreprises par renouveler à Dieu la consécration de lui-même et de toutes ses actions, par le remercier de ses bienfaits, et par lui demander avec ferveur la grâce de faire un bon usage des dons du ciel.

La confrérie des chaines de saint Pierre

En 1864, on vit arriver de France à Rome une quantité de chaînes de montre d’un nouveau genre, de jolie forme et qui se vendaient à vil prix. Elles portaient à l’une des extrémités un petit globe qui figurait un boulet de canon.

Beaucoup de personnes, les jeunes gens surtout, en firent emplette et les portèrent sans scrupules, comme on porte tant d’autres objets de ce genre qui nous viennent de la mode ; ils étaient loin de se douter de ce qu’elles signifiaient.

C’était un piège perfide que tendaient les révolutionnaires aux personnes honnêtes et aux gens de bien.

Lorsque les émissaires du mal virent leurs chaînes suffisamment répandues, ils divulguèrent qu’elles étaient des symboles du prétendu « esclavage où gémissait Rome sous le joug de la papauté », et que le petit globe mystérieux représentait les bombes de l’assassin Orsini, le même qui conspira contre Napoléon III pour le forcer à faire l’unité italienne.

Une semblable révélation, bien que faite à mi-voix, suffit pour que toute personne honnête jetât avec horreur ce signe séditieux, et on ne l’a plus vu porter, depuis, que par un petit nombre d’individus ouvertement attachés à la révolution.

Néanmoins, le but de la secte était atteint ; on pouvait croire que les Romains partageaient ses aspirations perfides en acceptant ces fameuses chaînes, auxquelles, pour la première fois, on donna le nom de chaines Orsini.

C’était là un impudent mensonge qui n’obtint aucun crédit et comme souvent le mal produit un bien, il fut la cause d’une belle pensée, qui peut-être, avec l’aide de Dieu, produira quelques bons résultats. L’indignation suggéra à des jeunes Romains de prendre occasion de ce fait pour accroître la dévotion des fidèles envers l’un des plus vénérables monuments de la Rome Papale, c’est-à-dire de propager et de raviver plus que jamais le culte des Chaînes de saint Pierre en en faisant des fac-simile pour servir de chaînes de montre. Ainsi les anciens chrétiens et les saintes femmes des premiers siècles aimaient à témoigner leur amour pour Notre-Seigneur, pour la sainte Vierge et les Saints en portant leurs images et leurs emblèmes sculptés sur des bagues, des pierres précieuses et d’autres ornements.

Le souverain Pontife bénit cette pensée et daigna accorder aussitôt les plus amples facilités pour examiner les saintes Chaînes et en prendre le dessin.

On mit la main à l’œuvre, et après avoir surmonté quelques obstacles, on parvint à obtenir un fac-simile exact et propre à former une chaîne de montre.

Tandis que l’entreprise semblait avoir réussi, elle eut à subir, comme toutes les bonnes choses dans leur début, des luttes aussi inattendues qu’obstinées ; un instant, elle fut sur le point d’être abandonnée. Toutefois, les Chaînes de saint Pierre ont modestement, mais fermement résisté à l’orage : elles commencent à se répandre, elles sont recherchées par les personnes les plus distinguées, et les dames les plus nobles et les plus élégantes n’hésitent pas à témoigner de leur dévouement à saint Pierre et au Saint-Siège, en portant sur leurs riches vêtements la Chaîne de fer du premier Vicaire de Jésus-Christ.

La confrérie est placée sous le patronage de l’Immaculée Conception de la très-sainte Vierge Marie, et de saint Pierre, prince des Apôtres.

Le but de la Confrérie est de propager autant qu’il est possible, et dans tous les lieux, le culte des Chaînes sacrées du Prince des Apôtres et le dévouement au Saint-Siège ; de prier, selon l’intention du souverain Pontife, pour les nécessités de la sainte Église romaine, la conversion des fidèles et des pécheurs et l’extirpation des hérésies et des blasphèmes.

Chacun des membres devra se procurer un fac-simile en fer des Chaînes de saint Pierre : ce fac-simile sera orné d’une petite croix semblable à celle qui servit au crucifiement du Prince des Apôtres.

Ce fac-similé devra avoir touché aux Chaînes sacrées de saint Pierre ; on y joindra une attestation imprimée, signée par le Très-Révérend Père Abbé de la Basilique Eudoxienne, et munie du timbre sec de ladite abbaye ; cet imprimé servira de certificat d’inscription.

Chaque membre devra porter ce fac-similé sur ses habits, de la manière qu’il jugera la plus convenable. Pour éviter les contrefaçons et les abus, les fac-similés ne seront distribués que par les personnes dûment autorisées à cet effet.

Voici quelles sont les prières et pratiques pieuses à faire par les membres :

1°) Réciter chaque jour, en quelque langue que ce soit et à l’intention indiquée à l’article 1, § 2, un Pater, un Ave et un Gloria, avec l’invocation : Saint Pierre, priez pour nous ;

2°) S’approcher, partout où l’on pourra, des saints sacrements de Pénitence et d’Eucharistie, les jours suivants : Le 18 janvier, fête de la Chaire de saint Pierre à Rome ; le 29 juin, fête du martyre de saint Pierre ; le 1er août, fête de saint Pierre-ès-Liens, jour choisi pour fête principale de la Confrérie ;

3°) Visiter, ces Jours-là où l’un des jours de l’Octave de saint Pierre, l’église dite Basilique Eudoxienne, élevée en l’honneur des Chaînes du Prince des Apôtres ;

4°) Pour les membres hors de Rome, visiter, comme ci-dessus, une église ou chapelle publique, dédiée à saint Pierre, s’il y en a une dans la localité qu’ils habitent ; sans cela, visiter chacun son église paroissiale ;

5°) A l’annonce du décès d’un membre, réciter, pour le repos de son âme, le psaume De Profundis ; ceux qui ignorent cette prière peuvent la remplacer par une autre.

De nombreuses indulgences ont été accordées par Sa Sainteté Pie IX aux membres de la Confrérie.

La confrérie des Chaînes de Saint-Pierre a été inaugurée à Toulouse le 1er août 1870, dans l’église de Saint-Pierre. Monsieur le curé de cette paroisse est nommé directeur de cette affiliation, par lettre de Monseigneur l’archevêque, datée de Rome (pendant le concile) le 20 juin de la même année. Cette nomination a été confirmée le 14 juillet, par le Révérend Pierre, Abbé de la basilique de Saint-Pierre-ès-Liens à Rome, président général de cette archiconfrérie. Un dépôt de petites Chaînes de Saint-Pierre venues de Rome et accompagnées chacune de son authentique, est établi dans la sacristie de la paroisse Saint-Pierre à Toulouse.

Pour appartenir à la confrérie et jouir de ses privilèges, on doit porter sur soi une de ces petites chaînes et se faire inscrire au registre qui est ouvert dans la même église.

Les fidèles peuvent apprendre, par tout ce que nous venons de dire, combien il est honorable de souffrir quelque chose pour Jésus-Christ : car, bien qu’il n’y ait que les liens de saint Pierre qui soient honorés sur la terre d’une fête particulière, cette fête, néanmoins, nous fait connaître que toutes les peines que nous endurons patiemment en cette vie seront récompensées dans le ciel d’une gloire incomparable et qui ne finira jamais.

Afficher plus

Oraison

O Dieu, qui avez délivré le bienheureux Pierre, votre apôtre, de ses liens, et l’avez fait sortir sain et sauf de la prison ; délivrez-nous, s’il vous plait, des chaînes de nos péchés, et faites que votre miséricorde nous préserve de tous maux. Par J.-C. N.-S. Ainsi soit-il.

Fête de Saint Pierre aux Murs : Vénération et Tradition

La fête des chaînes du prince des apôtres✞ 439.

Saint Pierre aux murs - La Vie des Saints

Présentation

Fête saint : 01 août

Temps de lecture : 3 min.

Date : 439
Pape : Saint Sixte III
Empereur : Valentinien III

Sommaire

Pensée

Les Saints ont toujours trouvé un sujet de gloire et de joie dans les chaînes dont ils ont été chargés pour le nom de J.-C. Aussi sont-elles devenues pour eux une source abondante de grâces et de mérites. Elles ont même été honorées des plus grands miracles dans le prince des Apôtres.

Pratique

Le désir de souffrir pour J.-C.

Priez

Pour les captifs et les prisonniers.