La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Saint Thomas était Juif, et, selon toute apparence, né en Galilée, d’une basse extraction. Il eut le bonheur de suivre Jésus-Christ, qui l’appela à l’apostolat l’an 31. Reçu au nombre des douze, il eut toujours une tendresse particulière pour son divin Maine ; et, s’il était dépourvu des connaissances humaines, il y suppléa par la simplicité de son âme et par la vivacité de sa foi. Quand Jésus-Christ voulut aller à Béthanie, où peu de temps auparavant on cherchait à le lapider, Thomas dit aux Apôtres : Allons, et mourons avec lui. Notre-Seigneur, après sa résurrection, ayant apparu aux disciples assemblés, saint Thomas, qui ne s’y était pas trouvé, ne voulut pas croire ce qu’on lui en disait, qu’il ne l’eût vu. Le divin Sauveur, plein de condescendance pour ce disciple, se montra une seconde fois lorsqu’il était avec les autres, et lui dit de regarder et de toucher ses plaies. Alors, tout transporté de respect et d’amour, Thomas n’eut que la force de s’écrier : Mon Seigneur et mon Dieu ! Les Apôtres s’étant dispersés, saint Thomas prêcha d’abord l’Évangile aux Parthes et aux Perses ; ensuite il passa dans les Indes, et donna enfin sa vie pour Jésus-Christ.

Plus les mystères sont incompréhensibles, plus il y a de mérite à les croire, Sacrifier à Dieu son esprit et son cœur, c’est croire et aimer. ; Dieu n’a-t-il pas droit d’exiger de nous ce double sacrifice ?

Comment représente-t-on saint Thomas ?

On représente saint Thomas : 1°) déroulant un cartouche sur lequel on lit cet article du symbole : « Il est ressuscité le troisième jour » ; 2°) sommé par Notre-Seigneur de venir sonder les plaies que la lance et les clous ont marquées dans ses membres sur le Calvaire ; 3°) tenant soit une règle ou toise d’architecte, soit une équerre ; et portant sur sa main le modèle d’un petit palais. C’est qu’il était le patron des architectes, d’après une légende singulière qui le faisait arriver dans l’Inde à titre de constructeur ; 4°) avec la lance dont il fut percé par les Indiens idolâtres.

Au Moyen Âge, il était patron des architectes, des maçons et des tail­leurs de pierres.

Quelles sont les reliques de saint Thomas ?

Les disciples de saint Thomas enlevèrent son corps et l’enterrèrent dans l’église qu’il avait fait bâtir ; ils mirent dans son sépulcre le fer de la lance dont il avait été percé, le bâton dont il se servait dans ses voyages, et une urne pleine de terre teinte de sang. Depuis ce temps-là ; la foi s’est conservée fort longtemps dans le pays, de sorte que les évêques des Indes étaient même appelés aux Conciles généraux de l’Église. Mais, dans la suite des siècles, elle s’affaiblit tellement et admit tant d’erreurs, qu’elle était en danger d’être entièrement ruinée, si un Syrien de grand mérite, nommé Martomé, c’est-à-dire seigneur Thomas, ne s’y fût transporté, par une inspiration de Dieu, et n’y eût rétabli la religion presque abolie. Le bien qu’il y fit fut merveilleux, et le Christianisme y devint si florissant par son moyen, qu’il en sortit des missionnaires pour la conversion des autres nations orientales ; et c’est ce qui donna le nom de patriarche des Indes au métropolitain de l’Inde et de la Chine. Cependant, le Nestorianisme entra dans la suite dans ces Églises, et avec le Nesto­rianisme un étrange mélange de toutes ses erreurs, qui ont donné sujet dans le XVIe siècle aux rois de Portugal d’y envoyer des missionnaires pour purger l’aire du Seigneur.

Ils y trouvèrent, en 1532, les ossements sacrés du saint Apôtre, dans un oratoire qui subsistait encore parmi les ruines de la ville de Méliapour, et ils les transportèrent à Goa, avec une pompe et une solennité merveilleuses. La ville de Méliapour changea alors de nom par l’ordre du roi Jean III, et prit celui de Saint-Thomas. On mit dans sa chapelle, au fond de l’autel, la pierre sur laquelle il avait été massacré. Comme nous trouvons dans tous les martyrologes deux translations du corps de saint Thomas beaucoup plus anciennes : l’une, des Indes à Edesse, en Syrie ; l’antre, d’Edesse à Ortona (Abruzze Citérieure), qui ont donné sujet de lui bâtir des églises fort magni­fiques, et dont le pèlerinage a toujours été très-célèbre, il faut dire, avec le cardinal Baronius, que les saintes reliques de cet Apôtre ont été partagées, et qu’une partie est demeurée dans les Indes où elle a été découverte en 1523, et l’autre transférée fort anciennement à Edesse. Et ces parties différentes ont fait dire que le corps de saint Thomas était en ces différents endroits.

La France ne fut pas entièrement privée d’un si grand trésor : car on montrait, avant la Révo­lution, à Notre-Dame de Chartres, un notable ossement d’un bras de cet Apôtre ; et à Saint-Denis, la main droite qu’il porta dans le côté de Notre-Seigneur. Le reliquaire où elle était enfermée fut donné par Jean, due de Berri, troisième fils du roi Jean ; on y grava cette inscription : Hic est manus beati Thomae, apostoli, quam misit in latus Domini nostri Jesu Christi.

Oraison

Faites, Seigneur, que nous célébrions avec une sainte joie la fête de votre bienheureux apôtre Thomas ; et que, secourus sans cesse par ses prières, nous imitions sa foi par une sincère piété. Nous vous le demandons instamment par J.-C. N.-S. Ainsi soit-il.

Saint Thomas

De Galilée. Apôtre des Indes

Saint Thomas de Galilée

Présentation

Fête saint : 21 Décembre

Temps de lecture : 3 min.

Date : Ier siècle
Pape : Saint Pierre
Empereur : Caligula ; Claude ; Néron

Sommaire

Pensée

« Nous sommes plus affermis dans notre foi par le doute de saint Thomas, disait saint Grégoire le Grand, que par la foi prompte des autres apôtres. »

Pratique

Faites souvent des actes de foi.

Priez

Pour la conversion des incrédules.