La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Saint Omer naquit vers la fin du siècle, d’une famille noble et fortunée, dans le territoire de Constance. Ses parents lui faisaient allier l’étude des lettres avec la pratique des maximes du christianisme. Ayant perdu sa mère, il se retira à l’abbaye de Luxeuil, et engagea son père à l’y suivre, après l’avoir déterminé à vendre ses biens pour les distribuer aux pauvres. Le fils et le père firent profession ensemble. Une admirable pureté de mœurs, jointe à une connaissance parfaite de la religion, firent bientôt remarquer Omer parmi tous ses frères, et on ne tarda pas à le tirer de sa solitude pour lui confier le gouvernement de l’Église de Térouenne. Les sentiments d’humilité avec lesquels il reçut l’épiscopat attirèrent sur ses travaux les plus abondantes bénédictions du ciel. La plupart de ses diocésains étaient encore idolâtres ; le petit nombre de ceux qui professaient le christianisme, par le défaut de pasteurs ou par leur négligence, vivaient dans une ignorance profonde des maximes de la foi, et dans une étrange corruption de mœurs. Le saint évêque s’appliqua avec zèle à cette double réforme, et il y réussit si complètement, que bientôt son diocèse ne le céda à aucune des plus florissantes Églises de France. Devenu aveugle dans sa vieillesse, il profita de cet accident pour s’adonner à la contemplation avec plus de ferveur, et cependant il ne laissait pas de remplir tout ce qu’il pouvait de ses fonctions. Il mourut saintement, dans le cours d’une de ses visites pastorales, à Wavrans en 670.

Pensez à devenir un saint. Aimez donc à vous entretenir de la vie des Saints, comme les mondains mettent leur plaisir à parler des vanités d’ici-bas. Si nous avons l’esprit et le cœur pleins des actions des Saints, leurs vertus nous seront nécessairement plus familières, suivant le proverbe : Dites qui vous fréquentez, on vous dira qui vous êtes.

Comment représente-t-on saint Omer ?

Dans les sceaux de la ville de Saint-Omer, il tient souvent un écusson chargé de la croix à deux branches qui est le blason de la cité. Comme on le voit, cet attribut indique le patronage du Saint, et non une circonstance de sa vie.

On le représente faisant sourdre une fontaine pour baptiser un enfant maladif et aveugle qu’on lui présentait, mais qui recouvra la vue avec la santé en recevant le sacrement. On le voit aussi, tantôt, ayant dans ses mains une petite église, et à ses pieds un enfant qui semble sortir de terre ; tantôt debout, tenant sa crosse et deux grappes de raisin, et ayant à ses pieds une châsse.

Quelles sont les reliques de saint Omer ?

L’abbé Bertin, instruit de Bon décès par révélation, s’empressa de se rendre à Wavrans, à la tête de tous ses religieux. Omer lui avait spécialement recommandé de l’ensevelir dans l’église de la Sainte-Vierge, qu’il avait construite dans ce but. Les funérailles se firent avec une grande pompe, mais au milieu du deuil universel ; chacun pleurait un guide, un ami, un père.

L’église il fut enterré devint plus tard la cathédrale de Saint-Omer. Son corps y fut conservé, moins quelques parties concédées à diverses églises. Au dix-septième siècle, on voyait encore au monastère de Saint-Bertin le pluvial de saint Omer, espèce de manteau ainsi appelé à cause du capuchon qui se relevait pour protéger contre la pluie. Hugues, abbé de Saint-Quentin, ayant essayé d’enlever le corps du Saint, pour en enrichir son monastère, ne put dépasser le village de Lisbourg : car tout à coup la bière devint si lourde, qu’aucune force humaine ne put l’enlever de terre : ce qui donna le temps à Folquin, évêque de Thérouanne, de venir reprendre les reliques sacrées. Ce prélat établit même, à cette occasion, une fête qui se célébrait au mois de juin. Et, pour éviter à l’avenir un pareil accident, il enterra le corps sacré dans un lieu secret.

Il fut découvert en 955, et l’authenticité de ces saintes reliques fut plusieurs fois reconnue dans l’église Notre-Dame. En 1269, le chef du Saint fut mis à part. Avant la révolution française, ce chef était renfermé dans un buste très-riche, donné par Mahaud ou Mathilde, comtesse de Flandre. Il était derrière une grille dont le chapitre et les échevins avaient chacun une clef. On le descendait à certaines fêtes avec beaucoup de solennité, et alors, il était gardé par deux chanoines en chape et par deux échevins. Le corps du Saint était placé sur le grand-autel, dans une châsse aussi précieuse par la richesse de la matière que par la beauté du travail.

L’ancienne cathédrale de Saint-Omer possède encore une partie notable du chef de son patron. Un orfèvre qui, pendant la révolution, acheta le reliquaire de vermeil qui renfermait cette précieuse relique, le remit à des personnes respectables, et l’authenticité fut reconnue le 3 septembre 1803 ; elle est maintenant renfermée dans un buste représentant un évêque. Une partie de ce chef a été transportée à Arras par le cardinal de La Tour d’Auvergne, évêque de cette ville, et il a donné en échange à l’église de Saint-Omer une portion des reliques de saint Vaast.

Oraison

O Dieu, la lumière des fidèles et le pasteur des âmes, qui avez élevé à l’épiscopat le bienheureux Omer, pour nourrir la piété des enfants de votre Église par la parole et le bon exemple ; accordez- nous de mettre en pratique les vérités qu’il nous a enseignées, et de marcher sur les traces de ses vertus. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.

Saint Omer

Fête saint : 09 Septembre

Temps de lecture : 3 min.

Saint Omer

Présentation

Titre : Au diocèse d’Arras
Date : 670
Pape : Vitalien
Empereur : Clotaire III

Sommaire

Pensée

La sainteté de la vie fait encore plus d’impression sur les cœurs que les discours les plus édifiants. La parole de Dieu est une douce leçon qui vous persuade la nécessité de la vertu ; la sainteté est un modèle attrayant qui la montre facile et vous la fait désirer.

Pratique

Exercez-vous à la présence de Dieu.

Priez

Pour la conversion des infidèles.