La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Geysa, duc de Hongrie, et Sarloth, sa femme, quelque temps après leur conversion à la foi catholique, eurent un enfant de bénédiction nommé Etienne, qui naquit en 977. Dieu le fit naître pour achever l’œuvre que son père avait heureusement commencée, l’extermination de l’idolâtrie du milieu de son peuple. Il ne négligea rien pour amener ses sujets à une prompte connaissance de l’Évangile. Il accompagnait souvent les prédicateurs, et faisait lui-même les fonctions de missionnaire, exhortant les peuples d’une manière pathétique à ouvrir les yeux à la lumière de la vérité qui brillait à leurs yeux. Il s’en trouva qui restèrent opiniâtrement attachés à leurs superstitions, et qui en vinrent même jusqu’au point de prendre les armes pour les défendre. Etienne se prépara à la guerre par le jeûne, l’aumône et la prière ; il sollicita le secours du ciel par l’intercession de saint Martin et de saint Georges. Il livra bataille aux rebelles, et, quoiqu’il leur fût inférieur en nombre, il remporta sur eux une victoire complète. Etienne profita de la liberté qu’il eut de s’appliquer à la civilisation de son peuple, et lui donna les fondements les plus solides de la prospérité des États, la foi catholique. Ensuite, il poliça son royaume par des lois sages, qui sont encore la base du gouvernement hongrois. Etienne fut affligé pendant trois ans d’une complication de maladies douloureuses, et, après avoir mis son royaume sous la protection de la sainte Vierge, et l’avoir édifié par la pratique de toutes les vertus, il mourut saintement, muni des sacrements de l’Église, à l’âge de soixante ans.

Le vrai zèle rencontre ordinairement des obstacles, dont il triomphe avec l’aide de Dieu ; qui tournent bientôt au profit de ses bonnes œuvres ; et qui lui donnent occasion d’acquérir de nouveaux mérites devant Dieu.

Comment représente-t-on saint Etienne de Hongrie ?

On représente saint Etienne de Hongrie : avec un drapeau qui porte l’image de la très-sainte Vierge, afin de rappeler qu’il avait mis son royaume sous la protection de la Mère de Dieu ; avec une église sur la main : non content de faire rentrer la nation magyare dans le giron de l’Église, ce qui lui valut du Saint-Siège le titre de roi apostolique, il fonda deux archevêchés et dix chaires épiscopales sans compter les nombreuses églises qui s’élevèrent par ses soins ; avec une épée à la main, pour indiquer les fréquentes occasions qu’il eut de tirer le glaive pour l’honneur de Dieu ; en groupe, avec saint Gérard, évêque de Gzanad, dont il fut le coopérateur pour la conversion des Magyars.

Quelles sont les reliques de saint Etienne de Hongrie ?

Les grands miracles qui se firent an tombeau de saint Etienne furent des marques certaines de sa béatitude. On y entendait aussi quelquefois une mélodie céleste, et on y sentait un parfum agréable, qui faisait voir que son corps était destiné à être un jour glorieux dans le ciel. Son corps, ayant été levé de terre, fut renfermé dans une châsse et déposé dans une chapelle de L’église Notre-Dame, à Bude, quarante-cinq ans après sa mort, le 20 août. Cela ne se fit pas sans un grand nombre de nouveaux miracles : comme une foule de malades accouraient de toutes parts, pour participer à la bénédiction de celte translation, ceux qui ne purent pas arriver assez à temps, et qui étaient alors en chemin, ne laissèrent pas de recouvrer la santé. On trouva ses ossements sacrés nageant dans une liqueur comme du baume, qui exhalait un parfum plus doux que tous ceux de la terre. On tâcha de l’épuiser avec des linges dont on prétendait se servir pour le soulagement des malades ; mais plus on la vidait, plus le tombeau se remplissait d’une semblable liqueur, ce qui obligea d’y remettre celle qu’on en avait tirée, et alors, par un miracle surprenant, le cercueil, qui était plein, reçut toute la liqueur précédente sans dégorger ni paraître plus plein qu’il n’était auparavant. Parmi les personnes considérables qui reçurent alors la guérison par les mérites de saint Etienne, une des plus renommées fut la comtesse Mathilde, qu’une maladie de quinze ans avait réduite aux dernières extrémités. Ses gens la menèrent près du Saint, et elle y trouva le soulagement à son mal, qu’une infinité de remèdes n’avaient pu lui procurer. On fut fort surpris, à l’ouverture du mausolée, de n’y trouver ni la main du saint Roi, ni l’anneau qu’on lui avait mis au doigt. Mais elle avait été enlevée invisiblement, encore en chair et en os, par un ange, et déposée entre les mains d’un saint religieux nommé Mercure. Il fut quelque temps sans découvrir ce secret, mais il le découvrit enfin, ce qui donna un nouveau sujet de joie au peuple et fit connaître, de plus en plus, le mérite des aumônes de saint Etienne. Benoit IX le canonisa, et Innocent XI fixa sa fête au 2 septembre. 

Oraison

Accordez à votre Église, ô Dieu tout-puissant, qu’après avoir eu pour zélé protecteur sur la terre le bienheureux Etienne, votre confesseur, elle mérite de l’avoir pour glorieux défenseur au ciel. Par J. C.  N.-S. Ainsi soit-il.

Saint Etienne de Hongrie

Ier roi et apôtre des Hongrois.

Saint Etienne de Hongrie - Confesseur - La Vie des Saints

Présentation

Fête saint : 02 Septembre

Temps de lecture : 3 min.

Date : 1038
Pape : Benoit IX
Empereur : Henri Ier

Sommaire

Pensée

Le bonheur des méchants passe, leur gloire se dissipe comme une vaine fumée; le bonheur des justes demeure en eux avec Dieu qui en est la source ; leur gloire est pure et immortelle en J.-C.

Pratique

Ne cherchez qu’à plaire à Dieu, à glorifier Dieu, et Dieu se chargera lui-même de votre prospérité, de votre honneur.

Priez

Pour les princes chrétiens, que Dieu les conduise dans la voie de la justice et de la sainteté.