La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Saint Tite

En Crète, la naissance au ciel de saint Tite qui, ayant été ordonné évêque des Crétois par l’apôtre Paul, parvint, après avoir rempli avec une grande fidélité le ministère de la prédication, à un heureux trépas, et fut enseveli dans l’église même dont le bienheureux Apôtre l’avait établi le digue ministre. Vers 105.

Sommaire

Hagiographie de saint Tite

« Le 4 janvier, en Crète, dit le Martyrologe romain, fête de saint Tite, que l’apôtre saint Paul avait ordonné évêque de cette île, et qui, après avoir rempli avec une grande fidélité le ministère de la prédication évangélique, finit heureusement ses jours, et fut enterré dans l’église qui avait été confiée à ses soins par le saint Apôtre ».

Sa conversion

Entrons maintenant dans quelques détails traditionnels. Voici, sur la conversion de saint Tite, ce que nous trouvons dans les anciens monuments orientaux et occidentaux :

Zénas, l’un des 72 disciples, homme apostolique et versé dans la science des lois, a écrit sa vie, où il témoigne que Tite était né de parents nobles, et qu’il était de la race royale de Minos, roi de Crète. Il avait consacré ses premières années à l’étude des lettres profanes, des poésies d’Homère et des ouvrages des philosophes : étude très-estimée parmi les Grecs et réputée la seule capable de mettre un jeune homme sur la voie des honneurs.

Tite vaquait donc à cette occupation et avait déjà atteint sa vingtième année, lorsqu’il entendit une voix du ciel qui lui dit de quitter ce lieu et de sauver son âme.

« Cette science profane des Grecs, ajouta-t-elle, vous sera peu utile pour le salut ».

Tite souhaitait entendre encore une fois la voix mystérieuse, pour s’assurer si elle venait du ciel ; car il savait que quelquefois les idoles faisaient entendre des paroles superstitieuses. Il attendit donc encore une année entière. Alors, il eut une révélation, où il lui fut recommandé de lire les Écritures des Hébreux. Lors donc qu’il eut ouvert Isaïe, il tomba sur ce passage :

« Toutes les îles de la terre, prêtez à mes paroles une oreille attentive. Israël doit être sauvé par un salut (ou par un Sauveur) éternel…. ».

Et ce qui suit.

Saint Tite

Fête saint : 04 Janvier
Saint Tite
Présentation
Titre : Évêque des Crétois
Date : Vers la fin du Ier siècle
Pape : Saint Pierre
Empereur : Domitien

Les Apôtres le consacrèrent évêque ou apôtre, et l’envoyèrent avec saint Paul évangéliser les Gentils. Il vint d’abord avec Paul à Antioche, de là à Séleucie, puis en Chypre, à Salamine, à Paphos. De là il partit pour Pergé, ville de Pamphylie, et pour Antioche de Pisidie ; il alla ensuite à Icône, où il logea dans la maison d’Onésiphore. Puis, il vint à Lystre et à Derbé, prêchant en tout lieu avec saint Paul la parole évangélique. Il y avait déjà plus d’un an que Rutilius, le mari de sa sœur, gouvernait l’île de Crète en qualité de proconsul, lorsque Paul et Tite débarquèrent dans cette île et commencèrent à y prêcher Jésus-Christ.

La Vie des Saints : Saint Tite Tweet

Son voyage pour Jérusalem

C’est pourquoi le proconsul de Crète, qui était l’oncle de Tite, ayant appris la prodigieuse et heureuse naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ainsi que les miracles qu’il opérait à Jérusalem et ailleurs, sur l’avis des grands qui l’environnaient, envoya Tite à Jérusalem pour y être témoin oculaire des prodiges du Christ. On le jugeait, en effet, très-capable d’apprécier les faits de Jésus-Christ, de l’entendre et même de lui parler avec à propos, puis de rapporter aux grands de la Crète ce qu’il aurait vu et entendu.

Il est témoin des miracles de Notre-Seigneur

Tite se mit donc en route pour Jérusalem. Lorsqu’il y eut vu Notre-Seigneur Jésus-Christ, et qu’il lui eut rendu ses hommages et ses adorations, il demeura dans cette ville, et fut ainsi le spectateur de ses miracles. Il crut en lui et devint son fidèle disciple. Il fut compté au nombre des 72. Il fut également témoin de la Passion, source de notre salut, de la sépulture et de la résurrection de Jésus-Christ, de son ascension dans les cieux, de l’avènement du Saint-Esprit et de sa descente sur les Apôtres. Il se trouva présent parmi les cent vingt, et vit les trois mille hommes qui, après avoir entendu la prédication de saint Pierre, crurent en Jésus-Christ.

Saint Paul le choisit pour son disciple

Les Apôtres le consacrèrent évêque ou apôtre, et l’envoyèrent avec saint Paul évangéliser les Gentils. Il vint d’abord avec Paul à Antioche, de là à Séleucie, puis en Chypre, à Salamine, à Paphos. De là il partit pour Pergé, ville de Pamphylie, et pour Antioche de Pisidie ; il alla ensuite à Icône, où il logea dans la maison d’Onésiphore. Puis, il vint à Lystre et à Derbé, prêchant en tout lieu avec saint Paul la parole évangélique. Il y avait déjà plus d’un an que Rutilius, le mari de sa sœur, gouvernait l’île de Crète en qualité de proconsul, lorsque Paul et Tite débarquèrent dans cette île et commencèrent à y prêcher Jésus-Christ. Rutilius, parent de Tite, tournait en dérision les deux apôtres. Mais quelque temps après, son fils étant venu à mourir et ayant été ressuscité par saint Paul, Rutilius se convertit à la foi et reçut le baptême avec toute sa maison. Les deux apôtres firent construire une église dans l’île, et Tite fut institué archevêque de Crète, et de toutes les îles adjacentes. Après que ce disciple illustre et zélé eut gouverné quelque temps cette vaste église, il accompagna de nouveau saint Paul dans ses courses apostoliques, et reçut de lui mission particulière pour aller évangéliser la Dalmatie, comme saint Paul lui-même nous le fait connaître dans son épître à Timothée. C’est la raison pour laquelle ce pays honore saint Tite comme son premier apôtre. On rapporte que ce saint disciple ordonna premier évêque de Salone saint Domnius, qui est honoré le 7 de mai. La dignité de métropole, dont jouissait autrefois ce siège, a été depuis transférée à Spalatro.

Saint Paul avait une telle estime et un tel attachement pour saint Tite, qu’il en fit son interprète ordinaire. Il l’appelle son frère et le coopérateur de ses travaux. Il le représente comme un homme brûlant de zèle pour le salut des âmes. Lorsqu’il parle de la consolation qu’il en recevait, il se sert des expressions les plus tendres :

« Dieu », dit-il, « qui console les humbles et les affligés, nous a consolé par l’arrivée de Tite ; et non-seulement par son arrivée, mais encore par la consolation qu’il a lui-même reçue de vous, m’ayant rapporté l’extrême désir que vous avez de me revoir, la douleur que vous avez ressentie, et l’ardente affection que vous me portez : ce qui m’a été un plus grand sujet de joie ».

Il va jusqu’à dire qu’il n’avait point eu l’esprit en repos, pour ne l’avoir point trouvé à Troade.

Saint Paul de Tarse, place Saint-Pierre du Vatican.
Saint Paul de Tarse, place Saint-Pierre du Vatican.
Vestige de la basilique Saint-Tite de Gortyne, l'un des plus anciens monuments chrétiens.
Vestige de la basilique Saint-Tite de Gortyne, l'un des plus anciens monuments chrétiens.

Tite suit saint Paul à Jérusalem

L’an 51 de Jésus-Christ, Tite suivit saint Paul à Jérusalem, et assista avec lui au concile que tinrent les Apôtres pour décider la question qui s’était élevée au sujet des observances légales. Quelques faux frères d’entre les Juifs l’ayant voulu assujettir à la loi de la circoncision, l’Apôtre réclama la liberté de l’Evangile. Il est vrai qu’il avait circoncis Timothée ; mais les circonstances étaient changées, et faiblir en celles-ci, c’eût été reconnaître la

Son séjour à Corinthe

Vers la fin de l’année 56, saint Paul envoya saint Tite d’Ephèse à Corinthe, avec plein pouvoir de remédier à plusieurs sujets de scandale, et de terminer les différends et les divisions qui troublaient l’église de cette ville. Il y fut reçu avec les plus vives démonstrations de respect, et tous les fidèles s’empressèrent de lui procurer toutes sortes de secours. Mais en excellent imitateur du grand Apôtre, il ne voulut rien recevoir, pas même ce qui était nécessaire aux plus indispensables besoins. Son arrivée produisit de très-heureux effets : les coupables se repentirent et rentrèrent dans le devoir. Sa tendresse pour les Corinthiens était extraordinaire, et il se chargea de solliciter en leur nom la grâce de l’incestueux corinthien excommunié par saint Paul. Les affaires de l’église de Corinthe étant en bon état, il alla rejoindre le saint Apôtre, auquel il rendit compte du succès de son voyage. Quelque temps après, il fut envoyé une seconde fois dans la même ville, afin de faire préparer les aumônes destinées aux pauvres de Jérusalem.

Il revient à Crète


Après que saint Paul fut retourné en Orient, saint Tite revint à l’île de Crète, où il y avait une église nombreuse très-florissante, qui était regardée par les anciens, et notamment par saint Jean Chrysostome, comme l’une des plus importantes. Mais l’apôtre saint Paul ne put longtemps se passer d’un compagnon tel que notre Saint. Ce fut ce qui l’engagea à lui adresser, dans l’automne de l’année 64, l’épître qui fait partie de nos divines Écritures. Il lui mandait de le venir trouver à Nicopolis, en Épire, où il comptait passer l’hiver, aussitôt après l’arrivée d’Artémas et de Tychique, qu’il envoyait pour le remplacer. Il le chargeait ensuite d’établir des prêtres, c’est-à-dire, selon saint Jérôme, saint Chrysostome, Théodoret, etc., des évêques, dans toutes les villes de l’île. Plusieurs auteurs font voir, par les paroles de saint Paul à Tite, que ce dernier était revêtu de la dignité archiépiscopale, et ensuite que les archevêques sont d’institution apostolique. Après le détail des qualités nécessaires à un évêque, l’Apôtre donne à Tite de sages avis sur la conduite qu’il doit tenir envers son troupeau, et sur l’accord de la fermeté et de la douceur dans la manutention de la discipline. Les pasteurs puisent dans cette épître la connaissance des vraies règles, et s’excitent à s’y conformer avec la même fidélité que saint Tite.

De nombreux prodiges


Après que saint Paul eut été martyrisé par Néron, saint Tite ne s’occupa plus de courses apostoliques comme auparavant ; il s’attacha au soin de l’église de Crète, séjourna dans la métropole, et établit dans les divers lieux des prêtres et des diacres. Il s’acquittait lui-même avec zèle du devoir de la prédication. Un jour qu’il dissertait avec éloquence sur la foi que l’on doit avoir en Jésus-Christ, il se trouva des païens qui résistèrent à sa parole et qui demeurèrent incrédules. Dans cette circonstance, il adressa une prière au Seigneur, et à l’heure même l’idole de Diane, qu’adoraient ces idolâtres, tomba et fut réduite en poussière. À la vue d’un tel prodige, cinq cents personnes se convertirent à Jésus-Christ et reçurent le baptême.

Un autre jour, saint Tite passait devant le palais et l’édifice sacré que, par ordre de l’empereur, le proconsul Secundus avait fait construire en l’honneur de Jupiter. Il maudit ce temple, qui à l’instant même tomba en ruines. À ce spectacle, Secundus vint trouver saint Tite, et le pria avec larmes de ne pas permettre que la perte d’un ouvrage si dispendieux pesât sur lui et le rendît responsable devant l’empereur. Saint Tite lui commanda de recommencer la reconstruction de l’édifice au nom du seul Dieu des chrétiens, en l’assurant que par ce moyen il pourrait le rétablir conformément au vœu qu’il venait d’exprimer, ce qui fut ainsi exécuté. L’ouvrage achevé, Secundus reçut avec son fils le sceau du baptême.

Lettre de saint Paul


Ce fut vers ce temps que saint Tite, qui, comme il a été dit, avait reçu de saint Paul une lettre précieuse, en reçut de saint Denis une autre plus étendue relative à la théologie et à des matières de l’Ecriture sainte. C’est l’épître IXe, qui se trouve parmi les œuvres de saint Denis. Cet autre disciple de saint Paul lui envoya en même temps son traité de la théologie symbolique.

Dexter, dans sa Chronique, assure que saint Tite est venu évangéliser l’Espagne ; qu’il y opéra de grands miracles, dont on conservait parfaitement le souvenir au IVe siècle. Il ajoute même que Pline le Jeune, après avoir quitté le Pont et la Bithynie pour venir en Crète, où il avait bâti un temple à Jupiter par l’ordre de Trajan, fut converti à la foi dans cette île par saint Tite.

Culte et reliques

D’après les Grecs, cet Apôtre mourut à l’âge de 94 ans, après avoir sagement gouverné son Église, et répandu la foi dans les îles circonvoisines. On gardait autrefois son corps dans la cathédrale de Gortyne, ancienne métropole, à trois lieues du mont Ida. Les Sarrasins ayant ruiné cette ville en 823, on ne retrouva, de toutes les reliques de saint Tite, que son chef, qui depuis a été porté à Venise, et déposé dans l’église de saint Marc.

On voit encore aujourd’hui les ruines de Gortyne. La ville de Candie, qui a donné son nom à toute l’île, en est maintenant la métropole. Pour la célébration de sa fête, avec messe et office dans tout l’univers catholique, le souverain Pontife Pie IX a assigné le premier jour libre après celui de l’incidence.

Iconographie

On a représenté saint Tite, debout, les bras étendus, sans attribut particulier.