La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Saint Druon : Légende et Dévotion au VIIe Siècle

Découvrez la sainteté et la dévotion de saint Druon, figure vénérée du VIIe siècle, protecteur contre les maux physiques et spirituels. ✝️🙏

Saint Druon, également connu sous le nom de Drogon ou Druon Antigonus, était un saint du VIIe siècle en France.

Sa vie et son héritage sont entourés de légendes et de dévotion religieuse, en particulier dans la région de Soissons, où il aurait vécu et exercé son ministère.

Peu de détails historiques précis sont disponibles sur la vie de saint Druon, mais la tradition le présente comme un ermite ou un moine qui vécut dans la forêt près de Soissons. Selon la légende, il menait une vie de piété et de dévotion, consacrant ses journées à la prière et à la méditation.

Saint Druon est souvent vénéré comme un saint protecteur contre les maux physiques et spirituels, et de nombreuses histoires de guérisons miraculeuses et d’intercessions divines lui sont attribuées. On dit que sa présence était source de réconfort et de force pour les personnes en détresse, et que sa prière obtenait des miracles pour ceux qui le cherchaient avec foi.

Sa renommée de sainteté se répandit rapidement après sa mort, et un culte se développa autour de sa tombe. Les fidèles venaient en pèlerinage pour demander son intercession et offrir des prières d’action de grâces pour les grâces reçues. Sa fête liturgique est célébrée le 16 avril dans certaines traditions chrétiennes.

Bien que les détails de sa vie soient parfois entourés de mystère et de légende, la figure de saint Druon demeure un symbole de sainteté et de dévotion pour de nombreux croyants. Sa mémoire continue d’être honorée et vénérée, et son exemple de vie de prière et de service inspire les chrétiens à chercher la sainteté dans leur propre vie.

En somme, saint Druon incarne la puissance de la foi et de la dévotion, et son héritage spirituel continue de toucher les cœurs et les âmes de ceux qui cherchent la grâce et la protection divines.

Son Culte

Les parents de saint Druon ayant appris sa mort, demandèrent son corps aux habitants de Sebourg ; mais il leur fut impossible de le transporter hors du pays ; quand le chariot, sur lequel on l’avait mis fut sur les limites du territoire de Sebourg, il devint immobile et le corps si pesant, qu’ils furent obligés de le reporter à l’église et de l’inhumer dans le sépulcre qu’on lui avait préparé.

Ce tombeau (que l’on voit encore aujourd’hui), fut bâti au milieu de la grande nef : on plaça dessus les saints fonts de baptême.

Quant à l’endroit où le char s’arrêta, c’est une petite hauteur que l’on nomme encore aujourd’hui, en mémoire de ce miracle, le Mont-Joie-Saint ­Druon.

Au commencement du XIIIe siècle, on fut obligé, par la crainte des profanations, de transporter les reliques de saint Druon à Binche ; mais comme elles n’y firent point de miracles, pendant l’espace de neuf ans, on les rap­porta à Sebourg, le 14 juin 1227. Le concours des peuples fut immense à cette translation ; de sorte que les blés, qui étaient déjà grands, furent foulés aux pieds ; on croyait les moissons perdues, mais le lendemain, on les vit redressées et magnifiques.

En mémoire de cette translation et de ce miracle, aujourd’hui encore, le dimanche de la Trinité, on porte solennellement en procession les reliques du Saint.

On peut voir au second tome d’avril, dans les Bollandistes, combien de guérisons miraculeuses, surtout pour les ruptures, les descentes intérieures, la cruelle maladie de la pierre, la surdi-mutité, ont été obtenues par l’intercession de saint Druon. Il avait souffert lui-même d’une hernie très-grave qui l’obligea précisément de renoncer à ses pèlerinages.

Ses Reliques

On montre encore aujourd’hui à Epinoy, à une distance d’environ cinquante mètres du presbytère, dans les champs, le puits de saint Druon. Ce puits est l’objet d’une telle vénération qu’on n’y puise de l’eau qu’une fois par an le jour de la fête et de la procession du Saint. L’église qui lui est dédiée à Epinoy se trouve bâtie sur l’emplacement même de sa maison paternelle.

À Sebourg, les souvenirs du pieux reclus se sont aussi précieusement conservés : Outre une Fontaine de Saint-Druon vers laquelle, d’après une ancienne tradition, le saint berger menait chaque jour son troupeau ; outre le chemin qui porte le nom de Chemin de Saint-Druon, on voit encore une croix en pierre, environnée de quelques arbres, à l’extrémité de cette pa­roisse.

Elle se trouve à l’endroit où les parents de saint Druon, venus d’Epi­noy, comme on l’a dit, pour emporter son corps, le déposèrent et le rendirent aux habitants de Sebourg. De plus, dans l’église du village, on voit son tombeau en pierre et en bois, au-dessus duquel est placée la châsse qui renferme ses reliques.

Enfin, dans un enfoncement de cette église, on découvre la Cabane de Saint-Druon, qui rappelle la petite cellule dans laquelle le reclus vécut pendant quarante-deux ans. Elle renferme une espèce de lit en pierre, sur lequel est couchée une statue aussi en pierre représentant le Saint.

Les vitres en sont rouges, et rappellent l’incendie qui la consuma tout entière sans causer le moindre mal à l’homme de Dieu. C’est là que les pèlerins viennent en foule rendre leurs hommages au saint berger, le prier d’éloigner de leurs familles et de leurs troupeaux les fléaux et les maladies. Leur nombre est surtout considérable le jour de sa fête et le dimanche de la sainte Trinité.

Parmi ces pèlerins qui arrivent des pays les plus éloignés, on peut toujours distinguer la députation des habitants d’Epinoy, qui ne manquent jamais de venir chaque année, la veille même de la fête, honorer et invoquer leur saint compatriote.

Sauvés des profanations de 1793, ses précieux restes reposent au-dessus du tombeau dont nous avons parlé. L’église du Mont-Saint-Quentin possède une dent du Saint. 

Saint Druon : Légende et Dévotion au VIIe Siècle
Fête saint : 16 Avril
Statue de saint Druon dans l'église Saint-Druon de Sebourg
Présentation
Titre : Confesseur, 1189.
Date : 1118-1189
Pape : Gélase II ; Clément III
Empereur : Lothaire III ; Conrad III ; Frédéric Ier Barberousse

Après avoir ainsi passé six ans dans l'humble condition de berger, Druon, aspirant à une vie plus pénitente, quitta Sebourg, malgré les sollicitations de sa maîtresse et de presque tous les habitants, puis il entreprit de longs pèlerinages de dévotion, pour mortifier son corps par la faim et la soif, par le chaud et le froid, par les fatigues et les périls des chemins. Il fit neuf fois le voyage de Rome, et visita beaucoup d'autres sanctuaires, Il venait, par intervalle, à Sebourg, retrouver son ancienne maîtresse, qui le recevait comme un fils. Quand ses infirmités ne lui permirent plus de vivre en pèlerin, il résolut de vivre en solitaire.