La Vie des Saints

Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp
Frère de saint Basile le Grand et de sainte Macrine, ✞ 396.
9 mars
Découvrez la vie et les enseignements de saint Grégoire de Nysse, un des Pères de l’Église, théologien et philosophe influent du christianisme ancien. ✝️ 🙏
Saint Thomas d'Aquin
Les œuvres majeures de Saint Thomas d'Aquin : un essentiel pour les philosophes, ✞ 1274.
7 mars
Découvrez la vie et l’héritage de saint Thomas d’Aquin, théologien éminent de l’Église catholique, connu pour sa pensée profonde et sa doctrine influente. ✝️ 🙏
Docteur de l'Église et martyr, ✞ 258
16 septembre
Saint Cyprien - Évêque - La Vie des Saints
Découvrez saint Cyprien, théologien et évêque du IIIe siècle, connu pour ses écrits sur la foi et le martyre, et son rôle dans l’Église primitive. ✝️ 🙏
Docteur de l'Église et apôtre des Indes, ✞ 214.
7 juillet
Saint Pantène - Docteur & Apôtre des Indes - La Vie des Saints
Découvrez la vie et l’héritage spirituel de saint Pantène, érudit et théologien chrétien, et son influence dans l’Église primitive. ✝️ 🙏
Évêque de Lyon, Docteur de l'Église et martyr, Vers 202.
28 juin
Saint Irénée de Lyon
Découvrez saint Irénée, théologien et évêque du IIe siècle, célèbre pour son travail contre les hérésies et sa défense de la foi chrétienne primitive. ✝️ 🙏

Les Docteurs de l'Église

On nomme ainsi les auteurs chrétiens, soit grecs, soit latins, qui ont traité des matières de religion pendant les six premiers siècles de l’Église ; ceux qui ont vécu depuis le septième sont simplement nommés écrivains ecclésiastiques.

C’est une grande question entre les catholiques et les protestants de savoir quelle déférence l’on doit avoir pour le sentiment des Pères de l’Église. Comme, suivant la croyance des premiers, Dieu n’a pas voulu que la vraie doctrine de Jésus-Christ et des apôtres nous fût transmise par l’Écriture seule sans le secours de la tradition, ils ont le plus grand respect pour les docteurs qui, de siècle en siècle, ont été chargés d’enseigner cette doctrine aux fidèles ; ils les regardent comme des témoins non suspects de ce qui a toujours été cru et professé dans l’Église de Jésus-Christ.

Les protestants, au contraire, qui soutiennent qu’en matière de foi nous ne devons point avoir d’autre guide que le texte des livres saints, se sont trouvés intéressés à décréditer, autant qu’ils l’ont pu, les dépositaires de la tradition ; aussi n’ont-ils rien omis pour déprimer et pour noircir les Pères de l’Église ; ils en ont censuré les talents, la conduite, la doctrine, soit en fait de dogme, soit en fait de morale.

En matière de dogme ou de morale, le sentiment de quelques Pères, en petit nombre, ne fait pas règle ; on n’est pas obligé de le suivre, et jamais aucun catholique ne s’y est astreint. Mais lorsque ce sentiment est unanime, ou du moins soutenu par le très-grand nombre des Pères y non seulement pendant un temps, mais pendant plusieurs siècles, non seulement dans une contrée de la chrétienté, mais dans les églises les plus éloignées les unes des autres ; alors ce sentiment fait tradition, il est censé être la croyance commune de l’Église universelle, par conséquent dogme de foi. Ainsi l’a entendu le concile de Trente, lorsqu’il a défendu de donner à l’Écriture sainte un sens contraire au sentiment unanime des Pères.