Logo-La-Vie-des-Saints

D’après les Bollandistes, le père GIRY, les propres des diocèses et tous les travaux hagiographiques. Vies des Saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, des Martyrs, des Pères, des Auteurs Sacrés et ecclésiastiques, des Vénérables, et autres personnes mortes en odeur de sainteté.

Histoire des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

Histoire des Saints, des Reliques, des pèlerinages, des Dévotions populaires, des Monuments dus à la piété depuis le commencement du monde jusqu’aujourd’hui.

La Vie des Saints Webp

Hagiographie

Jésus, étant en Galilée, environ une année avant sa Passion, manifesta sa gloire à trois de ses plus chers disciples, qui furent depuis les témoins de son agonie dans le jardin des Oliviers. Ces disciples étaient Pierre et les deux fils de Zébédée, Jacques et Jean. Le Sauveur en prit trois, afin qu’on ne pût point récuser leur témoignage ; mais il n’en choisit pas un plus grand nombre, pour faire connaître qu’on doit tenir cachées les grâces qu’on reçoit du ciel. Le visage du divin Sauveur devint éclatant comme le soleil, ses habits blancs comme la neige, la gloire de sa divinité rejaillit sur tout son corps. Alors Moise et Elie parurent à ses côtés, et s’entretenaient avec lui de la mort qu’il devait souffrir à Jérusalem. Les Apôtres furent frappés d’un si ravissant spectacle, et Pierre s’écria : Seigneur, nous sommes bien ici, faisons‑y, si vous le voulez, trois tentes, une pour vous, une pour Moise, une pour Elie, Il parlait encore, lorsque les disciples se virent entourés d’une nuée lumineuse, de laquelle sortirent ces paroles : Voici, mon Fils bienaimé, dans lequel j’ai mis toute mon affection. Ils tombèrent le visage contre terre ; Jésus les releva, et ils ne virent plus que Jésus seul, qui leur enjoignit de ne parler de cet événement qu’après sa résurrection.

Il faut nous instruire et sur le Thabor et sur le Calvaire. Le Thabor nous encourage en nous mettant devant les yeux la félicité qui nous attend au ciel ; mais le Calvaire est le seul chemin qui nous y conduira,  Si J.-C. nous introduit dans les secrets de son amour et de sa croix ; s’il nous fait goûter la douceur et la paix qui y sont cachées, et que le monde ne connaît point, nous trouverons alors de la consolation et de la joie dans nos souffrances mêmes. . À l’exemple de l’apôtre saint Paul, nous souffrirons tout ce que Dieu voudra, et de la manière qu’il le voudra ; nous nous estimerons heureux de marcher sur les traces du Sauveur, rien ne nous occupera que le désir de lui plaire et de lui témoigner notre amour

Oraison

O Dieu, qui, dans la glorieuse transfiguration de votre Fils unique, avez confirmé les mystères de la foi par les témoignages des Pères ; et qui avez marqué, d’une manière admirable, la parfaite adoption de vos enfants par la voix qui descendit de la nuée lumineuse ; faites-nous la grâce de devenir les cohéritiers de ce roi de gloire, et d’être un jour participants de son royaume. Par J.-C.N.S. Ainsi soit-il.

La fête de la Transfiguration

Pour ce qui est des solennités de la fête de la Transfiguration, les auteurs qui traitent des divins offices disent qu’elle fut établie en l’année 1456 par le pape Calixte III, et que ce Pape en composa l’office et y accorda les mêmes indulgences qu’en la fête du corps de Notre-Seigneur. Ils ajoutent que ce fut en mémoire de la grande victoire que les chrétiens remportèrent la même année sur les Turcs devant Belgrade, dont ils les forcèrent de lever le siège, et où Mahomet II, la terreur de l’Orient, fut blessé. Cependant, il est constant que cette fête est beaucoup plus ancienne, comme Baronius le prouve dans ses Notes, par le témoignage de plusieurs martyrologes latins et de plusieurs ménologes grecs, et surtout du martyrologe de Vandelbert, qui vivait vers l’année 850. Le quatre-vingt-quatorzième sermon de saint Léon, qui est sur le mystère de cette fête, prouve qu’on la faisait à Rome au milieu du Ve siècle. On peut voir, dans la Bibliothèque des Prédicateurs, du savant Père Combefls, de l’Ordre de Saint-Dominique, les auteurs ecclésiastiques qui ont fait des sermons ou des homélies sur ce sujet.

Bien que nous devions toujours avoir devant les yeux notre céleste patrie et n’en perdre jamais le souvenir, nous devons néanmoins en ce jour y penser plus particulièrement, puisque l’Église nous y représente un gage si précieux et une si belle image de la gloire immortelle que nous y posséderons. Au reste, nous y penserons avec fruit si cette réflexion nous fait renoncer aux plaisirs et aux vanités du monde et embrasser la vie humble et mortifiée de Jésus-Christ. Car nous devons être persuadés que, quoique Notre-Seigneur soit monté sur le Thabor matériel avant de monter sur le Calvaire, néanmoins il n’y a point d’autre chemin pour arriver au Thabor mystique, qui est la félicité éternelle, que de passer par les croix et les mortifications figurées par le Calvaire. Le chemin est court, et Notre-Seigneur l’a extrêmement adouci en y passant le premier ; ne refusons point d’y entrer : si nous souffrons un peu en cette vie, nous nous réjouirons infiniment en l’autre ; et, si nous avons part aux amertumes du calice de notre Maître, nous aurons part à la plénitude de son bonheur. 

Une sculpture des portes de l’église Saint-Paul-hors-des-Murs, à Rome, offre une belle représentation du mystère de la Transfiguration de Notre-Seigneur.

La Transfiguration de Notre-seigneur

Sur le mont Thabor, en Syrie

Transfiguration-Eglise-Saint-Pierre-Nincheri

Présentation

Fête saint : 06 août

Temps de lecture : 3 min.

Empereur : Tibère

Sommaire

Pensée

Que Jésus est aimable pour celui qui sait méditer ses grandeurs et parvient à le connaître d’une manière moins imparfaite ! Il ne goûte plus rien hors de lui. Soyons moins dissipés, et nous ferons notre bonheur de penser à Jésus ! …

Pratique

L’amour de N-S sur toutes choses.

Priez

Pour la propagation de la foi.